Adhérer

Covid-19 | Confinés ou c... finis ?

Actualité Grand public
cc

Confinés ou c... finis ?

Où l’on commence à parler de déconfinement…

 

Ou plutôt du début de la fin du confinement. Bien sûr, on le sait,  il faudra raison et distance garder. Mais on commence à se demander quelle sera la première chose qu’on fera le jour du déconfinement, quand on pourra de nouveau embrasser sa famille, retourner au restaurant, boire des verres en terrasse avec ses amis, marcher pendant des heures au bord de l’eau, finalement retrouver notre vie d’avant. Mais s’il y a eu un AVANT, il n’y aura peut-être pas un véritable APRES : pour cela il faudrait une limite franche, un jour d’armistice signée avec Sieur Corona, un D-Day, un miracle, un vaccin. Là où un après-guerre apparaitrait comme une page à tourner, un défi à relever, une société à réinventer, on a la désagréable impression qu’on nous prépare un retour bâtard glissant et peu reluisant à une normalité sans leçon tirée de cette crise, une normalité encore plus affligeante qu’elle ne l’était autrefois, avec sa production vorace, son économie violente, sa mondialisation inique.

 

Est-ce qu’on se souvient de ce qui nous a mené là ? La liste est si longue qu’elle en donne la nausée, de toutes ces fermetures de services publics qui nous manquent cruellement à présent : Fermetures de classes parce que trop peu de profs, des écoles parce que plus assez d’élèves, des lits parce que pas rentables, des hôpitaux, des mairies, des postes, des commerces de centre bourg, des petites exploitations agricoles parce que pas assez d’activité, des lignes de transport en commun parce que trop peu fréquentées. Délocalisations de savoir-faire parce qu’on paye moins cher ailleurs…Productions sales et souvent inutiles, néfastes pour humains animaux et planète, tous sacrifiés sur l’autel de l’économie, pour augmenter à court terme la fortune de quelques-uns aux dépends du (bien ?) - vivre à long terme de tous.

 

Si ce virus n’a pas été créé par un savant fou, nous sommes collectivement responsables de son éclosion et sa propagation : Chauve-souris chassées de leur habitat naturel par le sans-gêne de l’être humain qui s’étale et déforeste, sacrifices d’espèces animales maintenant en voie d’extinction pour le plaisir (tourisme, spectacle, chasse, gastronomie, performances sexuelles), exploitation et exclusion d’une partie de l’Humanité, mal rémunérée, mal logée, tout cela favorisant pollution, illettrisme, promiscuité, violence …

 

Et on regretterait cette vie-là ? Et on ne va pas profiter de cet électrochoc pour changer la donne, et rebattre les cartes ?

 

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, à quand la rechute, la deuxième vague, la mutation, l’éclosion d’un nouveau fléau ?

 

Aura-t-on sacrifié nos vies (littéralement pour certains) ou au moins ces temps de vie confinée, en vain ? Va-t-on retrouver ce quotidien productif et abrutissant, aseptisé et enlaidi encore si c’était possible, par des masques et de la distanciation sociale ?

 

Mais oui. Et on l’espère en plus.

 

Ce qui ne nous abat pas ne nous rendrait pas plus forts finalement, juste plus cons.

 

ff