Adhérer

Covid-19 | Le vieillissement du territoire au révélateur du Covid-19

Actualité Grand public
covid france

Le vieillissement du territoire au révélateur du COVID-19

Depuis plus d'un mois, le pays est confronté à l'épidémie du COVID-19. Touchant davantage les populations âgées, le COVID-19 constitue une épreuve pour les personnes âgées, qu'elles habitent en ville, en banlieue ou en milieu rural.  Avant d'aborder les enjeux que met en exergue cette crise, il est utile de présenter les trois approches du vieillissement du territoire sur lesquels nous nous appuyons.

 

En premier lieu, le vieillissement du territoire s'intéresse à la répartition dans l'espace des personnes âgées et des activités et des services qui s'y réfèrent. A ce jeu, le vieillissement de la population s'avère inégal sur le territoire. Même si la majorité des personnes âgées réside en milieu urbain, leur part dans la population totale diminue à mesure que la densité démographique baisse (Carte 1). Bien entendu, cette approche géographique ne se limite pas à cet instantané : elle s'intéresse également aux dynamiques, aux sous-groupes et aux catégories qui composent la population âgée ainsi qu'aux établissements, services et prestations gérontologiques.

 

 

Carte 1- Vieillissement des intercommunalités françaises

carte

 

 

En second lieu, la notion de territoire est propre à chacun et recouvre nos représentations et nos pratiques quotidiennes ou plus occasionnelles. Par leurs pratiques de consommation, leurs solidarités, leurs usages de l'espace public ou bien leurs engagements, les personnes âgées contribuent à la vie des territoires. Cependant, des recherches datant du début des années 2010 ont montré que les territoires de vie des personnes âgées faisaient l'objet d'adaptations continues malgré l'apparition d'épreuves (veuvage, perte d'autonomie...) et une contraction de l’espace de vie avec l'avancée en âge pour les femmes et les catégories sociales populaires.

 

En dernier lieu, le vieillissement du territoire constitue un système qui englobe les personnes âgées, leurs aidants, les acteurs et les institutions gérontologiques ainsi que les caractéristiques du territoire (niveau d'urbanisation, dynamique économique et sociale, histoire...). Or, tous ces acteurs n'ont pas les mêmes pratiques, représentations, logiques et intérêts. Dans ce cadre, toute la richesse de cette approche réside, d'une part, dans la capacité des personnes âgées à faire territoire, c'est à dire à se faire une place dans l'espace social (à partir ou non des dispositifs existants) et, d'autre part, des acteurs gérontologiques à s'adapter aux besoins et demandes, par essence hétérogènes, des personnes âgées.

 

Fort de ces jalons, la crise du COVID-19 fait émerger plusieurs enjeux qu'il conviendra d'appréhender tant par des observations que par des actions :

  • celui de l'influence de la répartition inégale des réponses hospitalières, médicales et médico-sociales sur les trajectoires de soins et d'accompagnement des personnes âgées, conséquences de plusieurs décennies de choix politiques ; à cet égard, il est intéressant de noter que les préférences électorales des seniors sur les 30 dernières années ont aujourd’hui des conséquences directes sur leur qualité de vie,

  • celui de la reconnaissance humaine et professionnelle de l'action gérontologique, notamment dans un contexte d'augmentation importante du nombre de personnes très âgées dans les années à venir,   

  • et celui de la capacité des territoires (voisins, amis, commerces de proximité, généralistes, services médicaux et médico-sociaux, CCAS, acteurs associatifs engagés dans la lutte contre l'isolement...) à veiller socialement sur les personnes âgées, notamment lorsque celles-ci feront l'objet d'un confinement ciblé (ce qui induit d'un point de vue constitutionnel une rupture d'égalité) et lors de la phase de déconfinement. C’est l’objet de la mission interministérielle menée par Jérome Guedj.

 

 

Mickaël Blanchet – Docteur en géographie – Chercheur associé au Gérontopôle des Pays de la Loire